ataraxosphere

Le blog de Frédéric Kelder (contribuable d'Aubervilliers et de Noisy-le-Sec) et de Florent Zanetti (résident de Paris 13ème). Réflexions citoyennes pragmatiques, sans tabou ni clanisme.

18 juin 2012

Ainsi périt la République...

Parce que le PS a désormais tous les pouvoirs, ce qui est profondément malsain et dangereux dans une démocratie, Montesquieu nous l'a enseigné.

Parce que les socialistes ne sont pas républicains, dans leur doctrine comme dans leur programme ou dans leurs pratiques. On pourrait multiplier les exemples, mais il suffit de considérer leur action destructrice envers l'Ecole qui est le pilier de la société républicaine – et ce n'est pas près de s'arranger, quand on entend l'actuel Ministre qui parvient à débiter encore plus d'inepties à la minute que son prédécesseur (un véritable exploit).

Parce que cette victoire éphémère, uniquement due à l'anti-sarkozysme conjugué au phénomène d'éviction des sortants en période de crise, annonce un violent retour de bâton en 2017 avec la victoire de Jean-François Copé ou de Marine Le Pen (ou de leur alliance) – perspective plausible en soi au vu des données actuelles et rendue inéluctable par l'échec inévitable des socialistes (qu'ils appliquent leur programme ou non). Cf. le récent petit livre de Jean-François Kahn...

Parce que le pouvoir en place n'a aucune légitimité. Le Président n'a fait que remporter (de justesse) un référendum anti-Sarkozy et est resté minoritaire en suffrages. L'Assemblée Nationale présente un double défaut de représentativité par une abstention de près de la moitié du corps électoral et par un mode de scrutin à la fois anti-démocratique sur le principe et perverti dans la pratique (j'y reviendrai, tant c'est scandaleux).

Parce qu'outre la délégitimation du pouvoir qu'elle occasionne, l'abstention massive signe la fin de la société républicaine (où le peuple s'exprime et détermine la politique menée) : soit qu'on l'interprète comme un entérinement par l'électorat du caractère despotique du régime (une monarchie élective où seule compte l'Elysée), soit qu'elle caractérise un état de décadence sociale où les masses décérébrées par le consumérisme et les médias (panem et circenses, on n'en sort pas...) ne remplissent plus leur devoir civique, soit enfin qu'elle exprime une défiance et un rejet du système institutionnel – et sans doute un peu de tout cela...

Alors que faire ? Pas grand chose pour l'instant, à part lire et réfléchir... et aussi discuter, échanger, débattre... et peut-être écrire encore un peu...

Posté par fzanetti à 21:32 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    Une grande partie de tes assertions me semblent peu étayées. Ce sont beaucoup d'affirmations qui n'ont rien d'évident et tes certitudes demandent des démonstrations.

    Posté par BGR, 18 juin 2012 à 23:23
  • les centristes et libéraux : fédéralistes

    il existe une tache urgente à mener. Les centristes doivent se rassembler autour de leurs valeurs libérales, démocrates et pro européennes, afin d'offrir une alternative à l'ultra étatisme et au protectionniste de l'UMPS et de ses deux Fronts. N'oublions pas les Européennes en 2014, par exemple !

    Posté par ParisienLiberal, 20 juin 2012 à 06:50
  • @ BGR : lis déjà le dernier opus de Jean-François Kahn (petit livre rapide à lire et peu coûteux ; contenu non exempt de critiques mais très pertinent malgré tout) ; si cela ne te suffit pas je te proposerai d'autres sources pour compléter

    @PL : tant que le libéralisme, fédéralisme, protectionnisme, colbertisme, et quelques autres, demeureront des gros mots pour telle ou telle chapelle, il paraît difficile d'envisager ne serait-ce qu'un dialogue constructif... alors un rassemblement... (quant aux européennes, vous et moi sommes conscients qu'il s'agit d'une des élections les plus importantes, mais ce n'est absolument pas le cas de 80% de l'électorat... alors même avec un rassemblement autour d'un projet solide, comment imaginer faire de gros scores dans un tel contexte...)

    Posté par florent, 24 juin 2012 à 15:19
  • juste un petit moyen pour vous signaler que je sévis de nouveau sur la blogosphère, et plutôt deux fois qu'une, même si vous pourrez constater que la nouvelle formule est plus allégée. Les nouvelles adresse :



    - La semaine de Leunamme : un seul billet par semaine, une sorte de commentaire de l'actualité de la semaine.

    - Polarock : selon mes envies, des petits billets sur les disques et les romans policiers que j'aime.



    En espérant vous y retrouver nombreux.



    Leunamme

    Posté par leunamme, 09 septembre 2012 à 15:16

Poster un commentaire