ataraxosphere

Le blog de Frédéric Kelder (contribuable d'Aubervilliers et de Noisy-le-Sec) et de Florent Zanetti (résident de Paris 13ème). Réflexions citoyennes pragmatiques, sans tabou ni clanisme.

09 février 2011

Des rythmes scolaires

Je viens de lire le rapport passionnant sur les rythmes scolaires de la commission des affaires culturelles et de l'éducation de l'Assemblée Nationale. On y est clairement contre la semaine de quatre jours à l'école primaire, point de vue que je partage. On s'y demande quelle journée ou quelle demi-journée ajouter et on se demande quelles activités y faire et selon quelles modalités pédagogiques.
Le mercredi ne semble pas vraiment favorable aux rapporteurs parce que... c'est le jour du catéchisme ! On croit rêver en lisant cet argument : "une organisation de la semaine scolaire sur quatre jours et demi serait susceptible de "releguer" l'exercice de cette liberté [religieuse] dans le domaine privé, la réduisant à un choix personnel entre diverses formes d'occupation", moi qui croyais qu'en France, la religion relevait justement d'"un choix personnel", j'en ai pour mes frais... D'autre part, les rapporteurs pensent aussi que le mercredi est problématique parce que beaucoup de maman seraient à temps partiel et ont choisi le mercredi comme jour chômé... et bien à mon avis le problème se résout simplement, si leurs enfants ont cours le mercredi matin, il est à parier qu'elles iront travailler le mercredi matin... et si les journées de leurs enfants sont plus courtes, elles feront également des journées plus courtes.
Bref, je ne vois pas vraiment ce qui empêche les enfants de l'école primaire d'aller en cours le mercredi matin...

On y évoque aussi l'éternel problème du soutien scolaire dans le primaire comme dans le secondaire. Les enfants qui sont en échec scolaire devraient rester plus longtemps à l'école pour des heures de soutien pendant que les têtes de classe, heureuses, s'ébattent dans la cour ou rentrent chez elles. Je crois effectivement que c'est un problème. Ne pourrait-on pas imaginer par exemple que pendant les heures de soutien, les autres élèves pratiquent à l'école primaire la lecture d'œuvres un peu plus complexes, fassent du sport, voient des films et en discutent, étudient une langue vivante (supplémentaire), aident aussi les élèves en difficulté... Au lycée, les bons élèves pourraient aussi aborder la littérature étrangère ou le droit par exemple pendant que les élèves en difficulté sont en soutien. Au collège, de telles mesures ont déjà été mises en place via l'accompagnement éducatif.

Enfin, sur les préconisations du rapport, je ne peux qu'être d'accord : respecter le rythme 7 semaines de cours / 2 semaines de vacances, raccourcir les journées et les vacances d'été, créer des vacances de mai autour des ponts du 1er et du 8, et zoner toutes les vacances, y compris celles de l'été.

Posté par fkelder à 11:12 - Education - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    poudre aux yeux

    et vous allez tomber dans le panneau.
    Encore un contre-feux qui permet de ne pas s'attaquer aux vrais problèmes. Pire, la chronobiologie est simplement à la mode, c'est tout.
    Que tout cela m'agace...

    Posté par l'hérétique, 09 février 2011 à 12:10
  • Plutôt d'accord avec Frédéric, sauf sur la fin : pas de vacances autour des ponts, pas de zonage des vacances d'été (huit semaines synchrones pour tous ; qu'on rende le mois de juin effectif pour tous et ce sera déjà pas mal...).

    J'irai même plus loin : pourquoi la semaine de cinq jours pleins (soit 30h minimum de présence à l'école) ne serait-elle pas appliquée également à l'école primaire ? Il suffit de choisir et répartir judicieusement les enseignements et les activités au cours de la semaine, cela ne signifierait pas forcément des semaines "harassantes" pour les élèves (qui souvent ne se reposent d'ailleurs nullement le mercredi après-midi) et n'empièterait pas tellement sur les activités extra-scolaires (après 16h30 et le week-end il reste bien assez de temps).

    @L'Hérétique : vous savez très bien que nous n'esquivons pas les vrais problèmes ni ne cédons aux modes, ce qui n'empêche pas de s'occuper de sujets "secondaires" en parallèle et avec nos propres convictions... On ne nous fera pas le coup des "pauvres chéris épuisés par l'EN", Bayrou a raison quand il dit que l'Ecole de la IIIème (et IVème?) République obtenait de très bons résultats sans traumatiser quiconque (ce qui ne signifie pas qu'il faut revenir à des pratiques identiques, mais sert simplement à démontrer la caducité des jérémiades serinées par ailleurs).

    Posté par florent, 10 février 2011 à 01:46

Poster un commentaire