ataraxosphere

Le blog de Frédéric Kelder (contribuable d'Aubervilliers et de Noisy-le-Sec) et de Florent Zanetti (résident de Paris 13ème). Réflexions citoyennes pragmatiques, sans tabou ni clanisme.

26 novembre 2008

Une société moderne, lucide et juste peut et doit tolérer certaines formes d'homicide (I) Avortement et recherches sur l'embryon

Un diptyque chaussé de gros sabots sur des sujets sensibles qu'il faut pourtant aborder sans tabou (et indépendamment de toute considération religieuse en ce qui me concerne, ce sera l'objet d'un autre billet pour lequel je vous solliciterai).

Je fais fi de toutes ces controverses malsaines sur le statut de l'embryon, où certains tentent de s'accorder sur une date à partir de laquelle il serait prétendument (et soudainement) une personne humaine, et avant laquelle on pourrait en disposer tel un objet, une chose.
Les choses sont pourtant d'une simplicité limpide : il y a continuité de la vie dès le stade du zygote issu de la fécondation jusqu'à l'organisme adulte, en passant par l'embryon et le foetus (entre autres).
Nous avons donc affaire à un être humain dès le stade du zygote (qu'il soit en devenir, non encore totalement réalisé -d'ailleurs un foetus, un nourrisson ou même un enfant le sont-ils?-, ne change pas le fond de la question) et j'affirme que toute assertion contraire est fallacieuse et malsaine.
Je laisse à ceux qui pinaillent sur les notions d'être sensible, de construction / fonctionnement cérébral, et autres joyeusetés, l'entière responsabilité des implications de leur démarche au sujet des personnes dans le coma, des handicapés mentaux (d'origine génétique ou traumatique), ou même des animaux domestiques et sauvages.
Les choses sont donc claires : l'organisme issu d'une fécondation (in vivo ou in vitro) est un être humain.
Alors, l'affaire est pliée, fin de l'histoire ? Il faudrait renoncer à l'avortement et aux recherches sur l'embryon ?
Au risque de surprendre et de choquer, je réponds que non. La société peut parfaitement, sans remettre en cause son principe fondamental de respect de la vie humaine, accepter des pratiques abortives ou médico-scientifiques sans pour autant faire preuve d'incohérence. Tout est question de prise de responsabilité assumée et de transparence.
Les arguments en faveur de l'avortement sont nombreux et connus, je ne vais pas les reprendre en détail. On peut citer par exemple la mise en danger de la vie de la mère, la présence de pathologies graves chez l'enfant en devenir, la grossesse consécutive à un viol, etc. C'est un choix, possible et raisonnable, qui peut et doit être assumé.
Si la possibilité d'avorter doit être garantie, elle doit toutefois être encadrée strictement, en particulier il faut :
- sensibiliser les femmes (et même les couples) au fait qu'il ne s'agit pas d'un acte anodin, physiologiquement et psychologiquement (en plus du fait qu'il s'agit bien d'un homicide légal), et que ce doit être une solution de dernier recours
- et restreindre les motifs aux cas extrêmes, il ne s'agit pas de dériver vers l'eugénisme ou un substitut à la contraception (des dispositions devraient même être prévues en cas de "récidives"...).

En ce qui concerne les recherches sur l'embryon, la situation est plus complexe dans la mesure où il n'y a pas d'impératif mettant directement une vie en cause (hormis celle de l'embryon concerné...).
On peut sommairement considérer qu'il y va alors de l'intérêt général de la société, celui des malades qui pourront être guéris plus ou moins indirectement grâce aux résultats de ces recherches.
Cela ne constitue toutefois pas une justification suffisante, la médecine et la science ne peuvent pas tout s'autoriser sous ce prétexte (on a vu ce qui s'est passé pendant la seconde guerre mondiale...).
Il faut y ajouter un élément "débloqueur" : le recours exclusif à des embryons surnuméraires issus de la procréation médicalement assistée (en admettant que celle-ci soit acceptée dans ses modalités actuelles, ce qui reste sujet à débat, par exemple certains considèrent que l'adoption est préférable) avec l'accord des parents qui n'ont pas de projet de vie pour ces embryons (de fait voués à la destruction, ce qui est une autre forme d'homicide légal...).

Posté par fzanetti à 01:32 - Santé - Commentaires [10] - Permalien [#]

Commentaires

    L'Hérétique est passé par ici...

    ... et il en parle par là :

    http://heresie.hautetfort.com/archive/2008/11/26/statut-de-l-embryon.html

    Posté par florent, 26 novembre 2008 à 11:14
  • je ne suis pas d'accord avec le début de l'article c'est à dire jusqu'à après "Les choses sont donc claires : l'organisme issu d'une fécondation (in vivo ou in vitro) est un être humain."

    pour le reste je suis ok.

    à vous lire, je serais malsain de penser que l'on doit définir le moment à partir duquel on doit considérer un développement cellulaire comme un être humain. perso, je pense qu'un être humain doit être capable de penser, de vivre dans l'environnement dans lequel il est programmé. il est conçu pour avoir des émotions, de la pitié, etc... ceci après éducation et apprentissage de la vie en société . est-ce qu'un embryon a tout cela, je ne le pense pas....

    Posté par europium, 26 novembre 2008 à 15:38
  • J'ai bien vu votre message, je vous répondrai bientôt.

    Posté par florent, 26 novembre 2008 à 21:19
  • Au sujet de la recherche...

    Vous touchez juste en ce qui concerne l'avortement.

    Je me permets de rappeler une note de mon blog concernant la recherche et la question la plus lourde et incontournable qu'elle pose: celle de l'éthique, seule garante de l'intérêt général.

    http://duborddemafenetre.blogspot.com/2008/08/concept-loi-esprit.html

    Posté par Aurélien, 27 novembre 2008 à 21:45
  • Ca marche, je viendrai le voir aussi.

    Posté par florent, 28 novembre 2008 à 00:55
  • @ Europium :
    Ayant déjà beaucoup tardé, je vous fais une brève réponse, en attendant de trouver le temps de développer.

    Il me semble que nous devons distinguer deux définitions de l'humain :
    - l'une d'ordre biologique, plutôt structurelle, axée sur sa nature, son état : il s'agit d'un organisme appartenant à l'espèce humaine, dont les parents sont membres également, etc
    - l'autre d'ordre psychologique/éthologique/sociologique, plutôt fonctionnelle : il s'agit d'un individu ayant certaines propriétés, un certain comportement, etc

    Avec la première, les choses sont très claires et incontestables ; en particulier, on a affaire à un être humain dès le stade du zygote. Cela peut effectivement poser un cas de conscience aux personnes dont la réflexion se limite à "l'être humain est intouchable" et qui ne tolèreraient aucune sorte d'homicide légal.

    Avec la seconde, les choses sont plus floues, variables, sujettes à interprétation ; en particulier, on peut mentionner la variation de l'âge à partir duquel le foetus possède toutes ces caractéristiques (selon les grossesses et les individus) et on peut même se demander si par exemple un jeune enfant remplit vraiment ces critères. Il y a par ailleurs de nombreuses autres implications problématiques : j'ai évoqué entre autres le cas de certains handicapés (qui ne remplissent pas ces critères) et de certains animaux (qui les remplissent).

    Grosso modo, on pourrait dire que :

    - votre position est celle des gens qui refusent toute atteinte à la vie humaine et, puisqu'ils acceptent l'avortement, font en sorte que l'embryon et le foetus soient des choses et non des êtres humains, afin de garder la conscience tranquille ; mais cette position a des implications très problématiques comme évoqué précédemment ;

    - la mienne est celle des gens qui refusent une catégorisation arbitraire selon les stades de développement d'un même organisme dont la nature est unique et ce dès sa conception, refusent une chosification des stades précoces, refusent le déni d'humanité à un être qui l'est pourtant (d'où le terme de "malsain", sans doute excessif), mais qui acceptent certaines formes d'atteinte à la vie humaine dans un cadre sociétal transparent avec des responsabilités assumées ; cette position a également l'avantage d'éviter les (graves) problèmes soulevés par la première (d'où également le terme de "malsain", sans doute excessif)...

    Posté par florent, 29 novembre 2008 à 01:24
  • chez Guillaume aussi !

    http://guillaumed.hautetfort.com/archive/2009/03/16/c-est-juste-que-ca-me-fait-mal.html

    Posté par florent, 19 mars 2009 à 00:13
  • rétrolien

    http://heresie.hautetfort.com/archive/2011/02/17/et-pendant-ce-temps-la-bioethique.html

    Posté par florent, 17 février 2011 à 15:15

Poster un commentaire